samedi 17 avril 2010

Le Jubilé du lycée

Le RV était pris depuis quelques temps, le 10 avril 2010 Paul Valéry, le lycée bien sûr, fêtait ses 50 ans.
Coup de pub et appel au rassemblement sur les sites de retrouvailles d'anciens, nous étions invités à nous inscrire pour l'évènement.
Comme pour les remises des prix dans les temps anciens, nous avons eu un rappel des anciens "biens connus", Martine Aubry, France Gall, pour les plus anciennes, Sandrine Mazetier aussi, député actuelle du 12ème, et pour les plus jeunes Rama Yade.
Certains sont passés à la trappe de la notoriété comme Maurice Gourdault-Montagne, diplomate de carrière, actuellement ambassadeur de France au Royaume Uni, qui est entré en 6ème en 1964.
Nous étions quelques uns à avoir envie de poser notre regard d'aujourd'hui sur ces bâtiments et retrouver des sensations oubliées ... le foot dans la cour, le midi à la cantine, le soleil d'avril sur les pelouses (à mon avis, c'est le meilleur) et les bourgeons des saules pleureurs, le bureau du proviseur pour certains ...
Il y avait du monde ... mais ce n'était pas de la folie ... des jeunes et des moins jeunes. Nous n'étions pas les plus anciens, dans les bribes de conversation volées ça et là, j'ai entendu que certains préparaient leur retraite.
Voilà les quelques photos des lieux, inchangés, mosaïque vert clair et vert foncé, des lignes et des taches oranges .... je ne me souviens plus s'il y avait déjà des stores dans les salles ...














La cour du lycée depuis la coursive du premier étage de la cantine. Nous avions de la place!














En sens inverse, le bâtiment de la cantine pris de la cour du lycée.













Le bâtiment du lycée.
Vous remarquerez qu'ils ont supprimé la séparation en vitrail. Pour moi, c'est la première vision à mon arrivée le jour de la rentrée. Ce paravent en vitrail, qui faisait plein de courants d'air m'a beaucoup impressionné. Sortant de la cour d'une école parisienne typique, il donnait beaucoup de solennité à un jour qui n'en manquait pas.















La cour du collège, là où dans les premiers jours j'ai cassé mon premier parapluie pliant sur la tête d'un garçon particulièrement agaçant. S'il se reconnait, il est toujours temps que nous fassions la paix, de mon côté, je suis prête.
Vous remarquerez que le foot ne doit plus être "roi" puisque il y a maintenant des tables de ping-pong.














L'entrée du bâtiment administratif.
L'inscription "lycée Paul Valéry" est inchangée alors que dans les faits, un collège et un lycée se côtoient. Une ligne blanche de séparation sur le sol marque la séparation et doit empêcher toute intrusion.
A savoir si elle est bien respectée? et si les grands ne vont plus chiper la balle des petits ...














Le petit coin tranquille où il ne faisait pas bon traîner.














Voilà! Ne vous fiez pas au monde sur ces photos, je les ai prises en fin de journée quand il n'y avait presque plus personne.
Avant, j'avais profité des uns et des autres, essayé de retrouver des têtes connues et papoter avec des inconnus qui pour le coup ne l'étaient plus.
J'étais allée à la découverte de toutes les photos de classes, affichées les unes après les autres à vous en donner le tournis, et dont certaines remontaient au tout début, et à la rencontre de la vision du prof d'éco de Terminale, plutôt en bon état 34 après, alors qu'il faisait déjà avancé ...
Certaines d'entre nous ont été courageuses et ont poussé le plaisir d'un petit brin de causette avec lui, pour découvrir l'homme!
Je n'ai pas fait de photos de nous, ce n'était pas le but du jour. Notre trombine, on l'a ailleurs.

2 commentaires:

Natacha a dit…

merci Véro pour ces émouvants clichés;
alors personne n'a photographié le vénérable Bonici ?
bises à tous

Muriel JOMAIN-SCHATZ a dit…

C'est avec quatre années de retard que je redécouvre notre bahut à travers ce jubilé et la prose tellement émouvante de Véro.
Je regrette vraiment de ne pas avoir assisté à cette journée.
Ces années lycée me manquent terriblement.
Merci véro pour ce récit.